La chiropratique et l’ergonomie du poste de travail

La chiropratique et l'ergonomie du poste de travailDe nombreuses personnes passent la majorité de leur temps assis à un bureau ou devant un ordinateur. Il est important de savoir que la position assise engendre beaucoup de stress sur la colonne vertébrale, surtout si la façon de vous asseoir n’est pas appropriée. Sans être ergonome, il serait bénéfique pour vous de prendre quelques minutes afin de vous assurer que votre poste de travail est correctement ajusté. Voici quelques points à considérer :

1.  Assurez-vous que vos genoux soient fléchis à environ 90 degrés.

2.  Évitez de vous asseoir seulement sur le bout de votre chaise. Votre dos devrait être appuyé sur le dossier. Il est toujours préférable d’avoir une chaise avec un support lombaire (une petite bosse dans le bas du dossier qui supporte le bas du dos). Dans le cas où votre chaise n’aurait pas de support lombaire, vous pouvez ajouter un petit coussin ou une serviette roulée dans le bas de votre dos.

3.  Vos épaules devraient être détendues, vos coudes fléchis à 90 degrés et vos poignets devraient être en ligne avec les avant-bras.

4.  Assurez-vous que la hauteur de votre écran d’ordinateur soit à la hauteur de vos yeux. De cette façon vous n’aurez pas à courber le dos pour mieux voir.

5.  Il est préférable d’avoir un bureau ayant une tablette à clavier assez large pour y placer un clavier et une souris. Lorsque le clavier ou la souris se situent sur le dessus de la surface de travail, vos muscles des épaules (ex : les trapèzes) se retrouvent constamment sous stress, ce qui pourrait causer des troubles comme des tendinites, des inconforts ou encore des maux de tête ou migraines.

Non seulement il est important de prendre quelques minutes afin de bien ajuster votre poste de travail, mais il est également recommandé de consulter un chiropraticien afin de faire vérifier votre colonne vertébrale. Même si vous n’avez pas de douleur ou de symptôme, il est possible que le fait d’être assis toute la journée ait affecté le bon fonctionnement de certaines vertèbres de votre colonne vertébrale. Le chiropraticien sera alors en mesure de corriger les problèmes avant que ceux-ci ne deviennent plus importants.

La CSST (Commission de la santé et de la sécurité du travail) a publié un excellent document portant sur l’ergonomie du poste de travail. Vous trouverez ci-dessous le lien vous permettant d’avoir accès au document :

http://www.csst.qc.ca/publications/200/Pages/dc_200_614.aspx

Publicités

Posture de sommeil

Posture de sommeilMes patients me demandent souvent quelle est la meilleure posture de sommeil? Vous vous êtes probablement posé la même question. La réponse est simple : vous pouvez dormir sur le côté ou bien sur le dos. La posture de sommeil à éviter est la position sur le ventre et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, lorsque l’on dort sur le ventre, il faut tourner la tête d’un côté ou de l’autre pour être en mesure de respirer. Cette rotation du cou que l’on maintien parfois pendant des heures, engendre un stress au niveau des vertèbres et des muscles de la région du cou et du haut du dos. Par conséquent, il est possible que le fait de dormir de cette façon vous cause des raideurs ou des douleurs au niveau du cou, des restrictions de mouvements ou encore des problèmes comme des maux de tête ou des migraines. De plus, le fait de dormir sur le ventre peut causer de l’irritation au niveau du bas du dos ou du bassin, surtout si votre matelas est très mou et que vous renfoncez dedans.

Afin d’éviter tout problème, il est conseillé de dormir sur le dos ou sur le côté. Si vous voulez dormir sur le côté, assurez-vous de garder les jambes une par-dessus l’autre (comme la position fœtale). De cette façon, vous éviterez de créer une torsion au niveau du bas du dos. Vous pouvez également placer un petit oreiller entre vos jambes pour éviter la pression directe de vos genoux un sur l’autre. Pour vous assurer un bon soutien de votre tête, choisissez un oreiller qui sera juste assez gros pour remplir le creux entre le bout de votre épaule et le côté de votre cou. De cette façon, la région cervicale (le cou) de votre colonne vertébrale sera alignée avec la région thoracique (entre les omoplates).

Si vous dormez sur le dos et que vous avez quelques douleurs au bas du dos, il est toujours possible de placer un petit oreiller derrière vos genoux afin de les surélever. Ceci aura comme effet de diminuer la pression au bas du dos.

En terminant, prenez rendez-vous dès aujourd’hui avec votre chiropraticien afin de faire vérifier l’état de votre colonne vertébrale. Il pourra alors vous suggérer des conseils personnalisés afin d’améliorer votre posture de sommeil et ainsi vous réveiller en pleine forme.

La chiropratique et l’entorse lombaire

Entorse lombaire et chiro

Pour mon premier article de blogue, j’ai décidé d’aborder un sujet très commun en chiropratique, l’entorse lombaire. Plusieurs d’entre vous ont déjà eu la malchance d’avoir ce problème. Tout d’abord, il faut savoir que l’entorse lombaire n’est qu’une des nombreuses causes possibles de maux de dos. Ce qui veut dire que tous les maux de dos ne sont pas des entorses lombaires.

Qu’est ce que l’entorse lombaire?

Une entorse lombaire représente l’étirement d’un muscle ou encore d’un ligament au niveau du dos. Ceci peut survenir suite à un accident, à un faux mouvement ou bien en raison de mouvements répétitifs.  Certains facteurs comme une mauvaise posture de travail pourraient prédisposer aux entorses lombaires.

Quels sont les autres causes de maux de dos?

L’entorse lombaire est très commune, mais d’autres conditions sont également très fréquentes en clinique. Par exemple, les douleurs lombaires pourraient être causées par une hernie discale (déchirure ou bombement au niveau du disque présent entre deux vertèbres), une irritation facettaire (irritation au niveau de l’articulation qu’il y a entre deux vertèbres), une irritation sacro-iliaque (irritation au niveau de l’articulation du bassin).

Comment faire la différence entre ces conditions?

Le chiropraticien a la formation nécessaire pour pouvoir faire la différence entre une condition et une autre. Lors de votre visite à la clinique chiropratique, un examen physique complet incluant des tests orthopédiques permettant d’éclaircir la nature exacte de votre douleur sera faite. Le chiropraticien pourra également prendre des radiographies de votre colonne vertébrale afin de pouvoir évaluer l’état de vos vertèbres. Suite à l’examen, le chiropraticien sera en mesure de vous dire si vous avez bel et bien une entorse lombaire ou bien une autre condition.

Que faire pour traiter l’entorse lombaire?

Si l’examen révèle que vous avez bel et bien une entorse lombaire, le chiropraticien pourra vous proposer un traitement approprié. Généralement, le traitement consiste à corriger le mouvement des vertèbres sur lesquelles les muscles ou ligaments affectés s’attachent. Il faut également utiliser des techniques de tissus mous (travail musculaire) afin de diminuer les tensions. Le chiropraticien vous proposera également des exercices ainsi que des conseils posturaux afin d’accélérer la vitesse de guérison.

Et si ce n’est pas une entorse lombaire?

Si l’examen physique faite par votre chiropraticien démontre que vous avez une autre condition qu’une entorse lombaire, l’intervention sera modifiée pour pouvoir corriger votre blessure. La chiropratique pourrait être bénéfique pour des conditions autres que les entorses lombaires comme les hernies discales, les troubles facettaires, les tensions musculaires, les douleurs sacro-iliaques, etc. S’il arrivait que l’examen révèle que vous avez une condition de santé non traitable en chiropratique, le chiropraticien pourra vous référer vers le professionnel de la santé qui pourra le mieux vous aider.

Combien de temps faut-il pour traiter une entorse lombaire?

Le temps de guérison de ce type de condition varie beaucoup d’une personne à l’autre. De plus, plusieurs facteurs peuvent influencer la vitesse de guérison. Par exemple, une blessure récente se traite généralement plus rapidement qu’une condition que l’on a depuis plusieurs années. La nature de la structure atteinte influence également le temps de guérison. Par exemple, une blessure musculaire prend généralement moins de temps à guérir qu’une blessure ligamentaire en raison de la très grande apport en sang que l’on retrouve dans les muscles.

Une fois que la nature de votre condition aura été établie par le chiropraticien, celui-ci pourra vous donner une idée du temps généralement nécessaire pour traiter cette condition. Votre implication dans les soins favorise également une guérison plus rapide de votre condition.